ADs

CitizensMag

Informer, intéresser, impacter

RDC – Universités publiques et privées : Début ce lundi de la traque de tous les professeurs ayant de faux diplômes (Commission Mbikayi)

RDC – Universités publiques et privées : Début ce lundi de la traque de tous les professeurs ayant de faux diplômes (Commission Mbikayi)
RDC – Universités publiques et privées : Début ce lundi de la traque de tous les professeurs ayant de faux diplômes (Commission Mbikayi)

Après la magistrature où l’on a démasqué près de 300 faux magistrats, c’est le tour de passer un grand coup de balai des établissements d’enseignement supérieur et universitaire aussi bien privés que publics.

Selon les informations nous parvenues, une commission ad-hoc a été mise en place par le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire Steve Mbikayi. Objectif : traquer tous les professeurs détenteurs des faux diplômes.

Le début de l’opération de contrôle a débuté dépuis ce lundi 20 août.

*L’élément déclencheur de cette opération ?*

« Au fait, il y a quelques temps un professeur de l’INBTP (Institut national des bâtiments et travaux publics) a été interpellé parce qu’il détenait en sa possession de faux diplômes. Ce professeur a été mis à la disposition du procureur général de la République. Après cette découverte, le ministre a décidé de procéder au contrôle systématique de tous les titres des professeurs qui ont étudié ou défendu leur thèse à l’étranger », a confié un membre du cabinet du ministre de l’ESU à 7SUR7.CD.

Et d’ajouter que « c’est depuis 20 ans qu’il enseigne alors qu’il n’est même pas licencié. Après vérification de son dossier, on a compris qu’il n’avait fait que le graduat à l’UNILU (Université de Lubumbashi), il n’a pas été à l’ULB (Université Libre de Belgique) comme il le prétendait ».

Ce cas n’est pas isolé, en a conclu le ministre Mbikayi. D’où l’institution d’une commission ad hoc.

« Aujourd’hui une commission ad-hoc a été mise en place par le ministre. Cette commission est chargée de contrôler les dossiers de tous les professeurs de l’ESU (Enseignements supérieurs et universitaires), c’est-à-dire même le privé », a indiqué notre source.

Après le contrôle au niveau international, un autre contrôle sera fait au niveau national où « plusieurs professeurs sont soupçonnés d’avoir enjambé des classes. Il s’agit juste de contrôler le cursus ou parcours académique de tous les professeurs de la RDC ».

Cette commission est composée de 3 membres du cabinet du ministre, 3 du conseil d’administration des universités et 3 autres du secrétariat général à l’ESU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *