RDC : Josué mufula ; “la Corruption reste une entrave à la maximisation de recettes”.

l’honorable josué mufula en pleine interview

Le député national Josué mufula exhorte le gouvernement congolais à sanctionner sévèrement tous ceux, toutes celles qui sont impliqués dans la corruption, au cours d’un échange accordé à citizensmag.glomeec.com ce vendredi 22 novembre 2019, il évoque plusieurs prévisions budgétaires qui ne peuvent pas être réalisées aussi longtemps que la corruption sera entretenue dans plus d’une entreprise publique, celui-ci indique que la maximisation de recettes sera possible grâce à la rigueur de la loI. De ce fait, l’élu de Goma, plaide pour que soient traduits en justice ceux-là qui sont acteur de cette pratique qui reste, selon lui, une entrave à la bonne à la maximisation de recettes.

l’honorable josué mufula en pleine interview

“Le problème réside au niveau de la maximisation de recettes, parce que vous le savez, le budget comprend les recettes ainsi que les dépenses, il est vrai que l’on parle de la pression fiscale qui s’élève déjà à 17% et produit national brut qui pourrait permettre que l’on puisse maximiser des recettes au delà même de ce budget proposé et arriver même à 20 milliards où à 30 milliards mais il sied de noter que la corruption dans le services de portefeuille sensés nous donner ces recettes là, constitue Encore un sérieux problème dans notre pays. L’impunité fait que cette corruption puisse perdurer dans beaucoup de secteurs, et au Finish c’est l’État qui est perdant. A t-il chuté.”

illustration d’un homme arrêté, parce qu’il a été attrapé dans la corruption.

En finissant l’élu de GOMA est revenu sur le budget qu’a présenté le premier ministre, selon lui, tous ses piliers produiront de meilleurs résultats, si et seulement si tous les acteurs politiques se lancent dans la lutte contre la corruption ; le budget qu’a présenté le premier ministre est de 10 milliards de dollars avec 15 piliers résumés en quatre secteurs notamment, le secteur politique, défense et sécurité, le secteur économique et financier, le secteur de la reconstruction et le secteur socioculturel c’est à dire la santé et le social de la population. à mon avis je pense que si nous hommes politiques, pouvons-nous lancer dans la lutte contre la Corruption, le peuple ne peut plus se priver de rêver la matérialisation de tous ces piliers, A-t-il chuté.

Prince Bagheni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *