Nord-Kivu : Les massacres perpétrés à Beni sont qualifiés d’un génocide contre un peuple (déclaration)

Quelques membres de la communauté Nande

La communauté Nande vivant à Goma qualifie de génocide les massacres perpétrés au Nord de la province,
Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 4 décembre 2019, cette communauté dit ne pas comprendre ce qui justifie la recrudescence de l’insécurité dans ce coin du pays pendant plus de cinq ans sous l’œil inefficace des FARDC et de la MONUSCO avec des lourdes conséquences.
Après avoir compati avec toutes les familles des victimes tant locales, nationales qu’internationales qui ont perdu les leur par ces actes ignobles et des barbaries sans pareils prémédités par des hommes sans foi ni cœur, certaines recommandations à l’endroit de décideurs ont été reformulées.
Au président de la République, tout en saluant les efforts qu’il fournit comme garant de la sécurité et commandant suprême des forces armées dans son engagement de juguler l’insécurité à Beni, cette communauté voudrait que l’assainissement des troupes engagées au front soit fait, et que le relèvement des Officiers et sous-officiers qui sont cités dans les rapports de la communauté internationale et de l’organisation des nations unies qui n’inspirent plus confiance de la population soit observé.
Aux militaires engagés au front, de continuer à collaborer avec la population locale pour que tous les cas suspects soient dénoncés le plus vite possible.

Par ailleurs, une solidarité nationale pour la question de Beni enfin d’arrêter cette tragédie a été sollicitée au près des autres compatriotes d’autres provinces.
Au gouvernement provincial, la communauté Nande a recommandé que soit observée scrupuleusement l’exécution de la résolution de l’Assemblée provinciale de 2016 portant mesure de contrôle des flux migratoires vers les zones de combats de Beni et ITURI.

En finissant, il a été demandé à la communauté internationale et à la justice congolaise de diligenter le plus vite possible les enquêtes et que les arrestations de tous ceux qui seraient complices dans cette tragédie humaine de près ou de loin soient faites; Et à l’organisation de nations unies de doter les moyens conséquents aux troupes de la Monusco engagées à Beni pour leur efficacité conformément au chapitre sept des résolutions des nations unies.

Prince bagheni depuis Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *