Nord-kivu : le député J.P Ngahangondi s’oppose tout haut à l’initiative sur la gouvernance rotative de la province

La démarche des députés provinciaux Prince Kihangi Kyamwami, Emmanuel Muhozi Nyaruye, et Alexis Bahunga Malira s’inscrivant dans la logique d’avoir une gestion rotative à la tête de la Province continue à faire débat dans la classe politique. Nombreux sont ceux qui estiment que cette démarche de ces trois parlementaires est vouée à l’échec.

Le député provincial Jean-Paul Paluku Ngahangondi est du nombre, au cours d’une interview accordée à CitizensMag ce dimanche 16 août 2020, il a noté que l’initiative de ses collègues reste illogique, suivant le bien-fondé de cette démarche il précise que ces trois initiateurs réfléchissent à terme de leur ethnie et non de toutes les ethnies de la province, ”ce qui paraît trop bas”, indique t-il.


Une démarche qui fait perdre le temps inutilement…

Pour l’élu de Beni territoire, cette démarche de gouvernance rotative au Nord-Kivu embête et fait perdre du temps inutilement, car selon lui, la constitution a déjà tranché sur cette question de gouvernance de la province et de l’Assemblée provinciale.

”Nos collègues ne devraient pas nous déranger, ils devraient plutôt initier des actions pour que l’assemblée nationale revisite la constitution sur cette matière qui concerne leur démarche. Mais je ne vois pas une assemblée nationale avec des hommes intègres qui puissent tout réviser pour répondre à des appétits politiques de trois individus”, a t-il indiqué.


Une main noire serait derrière l’initiative…

Et comme, l’initiative de Kihangi, Ngaruye, et Bahunga est loin de rencontrer l’assentiment de la majorité des personnes, nombreuses personnes estiment qu’il y aurait une main noire derrière leur idée.

Le député provincial Jean-Paul Paluku Ngahangondi n’a pas réfléchi dans un sens inverse. Au regard de leur comportement, il affirme que personne ne peut douter de ce que les gens disent.

”Nos collègues sont dans la logique de la scission de la province, ils se disent si leur stratégie pouvait échouer, une partition de la province serait envisagée et eux vont se retrouver comme des Gouverneurs. Mais nous sommes dans une République où tout est géré de façon normative. L’on ne gère pas la province comme son foyer où l’on se réveille avec un sentiment négatif et on veut changer ce qui est déjà signé dans la constitution. Nos collègues mènent un combat inutile”, a t-il souligné.

Déterminés dans leur initiative en dépit du désaccord venu de tout côté…


”Il n’y a pas la chance à leur accorder, ils doivent savoir que leur combat est voué à l’échec, posez-leur la question, depuis qu’ils ont commencé, ils sont où. Comme on a toujours dit le chien aboie et la caravane passe. Qu’ils contribuent avec leur démarche mais la province du Nord-Kivu restera une et indivisible”, a t-il conclu.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »