Côte-d’Ivoire : Alassane Ouattara ne sera pas candidat à sa propre succession.

Le président ivoirien vient d’annoncer devant l’opinion qu’il ne pourra pas être candidat à  sa propre succession pour les élections prévues pour le 31 octobre 2020.

Dans un poste sur son compte ce jeudi 5 mars 2020, l’actuel chef de l’Etat dit prendre cette décision pour transférer le pouvoir à une jeune génération.


Par ailleurs, il reconnait ne pas avoir tout réussi, tout en indiquant que les résultats sont visibles, ‘j’ai donné le meilleur de moi-même, pour mes compatriotes ; parce que j’aime mon pays’, souligne-t-il.

«Je voudrais annoncer solennellement, que j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération», A-t-il écrit sur son compte tweeter.

Pour rappel, cet homme fort de la cote d’ivoire, économiste de formation a été premier ministre de son pays, de novembre 1990 à décembre 1993, élu à mai 2011 : président de la République de Côte d’Ivoire, et réélu pour second mandat le 25 octobre 2015, au premier tour de l’élection présidentielle, avec 83,7 % des suffrages exprimés. Il est investi pour un second mandat le 3 novembre 2015.


En 2017, des tensions resurgissent au sein des forces qui avaient aidé Ouattara à prendre le pouvoir en 2011. Depuis des mois, les ex-rebelles du Nord réclament le prix de leur engagement militaire à ses côtés.

A la suite de plusieurs mutineries, entre janvier et mai, plus de 8000 d’entre eux, intégrés dans les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont finalement touché une prime de 18 000 euros. Toutefois d’anciennes troupes alliées n’ont pas reçues de récompenses et continuent de se mutiner.

Certains observateurs affirment que, Ouattara  a pris cette décision parce qu’il se trouve affaibli par sa rupture avec Henri Konan Bédié, qui était jusqu’alors son principal allié, et par les ambitions présidentielles de plusieurs de ses partisans, notamment Guillaume Soro.

Il faut noter qu’il a exprimé sa décision ce jeudi pendant qu’il donnait son adresse sur l’état de la Nation au Parlement réuni en Congrès à Yamoussoukro.                                         

Prince Bagheni


Translate »