Butembo: Plus de deux cents menage jetés dans la rue sans assistance.

La marche des déguerpis vers la mairie de butembo

Déguerpie depuis samedi 16 novembre 2019 dans leurs maisons d’habitations suite à une decision de la justice, la population des cellules Vusumba et Mizebere au Quartier Rughenda en commune Bulengera crie au secours de personnes de bonne volonté. Contacté par citizensmag.glomeec.com Katsuva Matata Bienfait porte-parole de ces déguerpis, a souligné que la situation de vie que traverse ces victimes du déguérpissement reste inquiétante, occasion pour lui de demander aux personnes de bonnes volontés de leur venir en aide: Comme vous avez, nos maisons ont été démolies le samedi dernier, parmi nous il y a ceux qui vivent dans des maisons démolies et d’autres carrément passent nuit à la belle étoile, ce qui nous a choqué, toutes ces opérations des deguérpissements ont été effectuées sans un avertissement, on nous a surpris, a t-il souligné.

Après la parade hebdomadaire du lundi 18 novembre, une concertation avec la délégation de cette population a été tenue, il a été demandé à toutes ces victimes de pouvoir collaborer avec celui qui a gagné ce procès, chose qui reste toujours misterieux pour cette population de Rughenda en Commune Bulengera

L’autorité Urbaine met en garde quiconque qui penserait à une quelconque rebellion contre l’éxécution de ce jugement de peur de tomber dans de violations à la loi pouvant entrainer d’autres sanctions: “nous sommes en train de voir dans quelle mesure on va mettre en collaboration avec celui qui a gagné le procès, mais entre temps il y a les policiers qui sont allés là bas pour apuyer l’action du Greffier pour éxécuter un jugement,Je pense que là il n’y aura pas de problème de cohabitation entre la police et la population, d’ores et déjà nous avons signifié à la population que les policiers sont là en train d’éxécuter un jugement et qu’ils n’ont rien avoir à ce que fait la population, Nous avons mis la population à garde par rapport à la rebellion contre l’éxécution d’un jugement parce que si quelqu’un se rebelle contre l’exécution d’ un jufement il est aussi condamnable, a dit Kambale Tsiko Patrick maire adjoint de la ville de Butembo à citizensmag.glomeec.com.

Signalons que cette population a été en sit-in ce lundi 18 novembre 2019 reclamant que justice soit rendue.
La lettre de démolition a été signée le 28 octobre par le Greffier du Tribunal de Grande Instance de Butembo.

Origene MOWA depuis Butembo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *