CitizensMag

Informer – Intersser – Impacter

Goma/Dossier IMARA et BIAC : Le Député Josué Mufula adresse une question au Gouverneur de la BCC et au Ministre des Finances

2 min read

Josué Mufula, Député National, Elu de GOMA

Se référant à la multitude des mémorandums et autres pétitions adressés par les victimes de  »cette grave crise » aux autorités du pays, qui n’ont produit aucune suite favorable, et en se situant dans les prorogatives lui reconnues par les textes pré-rappelés. Le député national Josué Mufula Jive a adressé une question au Gouverneur de la Banque Centrale du Congo BCC et au Ministre des Finances.

Cet élu de Goma, dit avoir continuer avec cette démarche afin d’éclairer la représentation nationale sur ce sujet préoccupant et contribuer ainsi à la recherche d’une solution urgente à même de soulager la population dont les économies se trouvent jusqu’à cet instant bloquées par cette Coopérative depuis plus ou moins 6 ans.


Ainsi, il a indiqué que la COOPEC-IMARA n’est pas la seule à avoir plongé la population dans cette situation lugubre.  »L’on se souviendra également du cas de la Mutuelle de Crédits et d’Epargne du Congo (MECRECO) qui a plongé bon nombre de nos concitoyens dans un gouffre de misère, de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) récemment liquidée et qui vient également de plonger des milliers des congolais dans le désespoir et surtout dans le chômage en cette période difficile suite à la crise liée au CORONAVIRUS », rappelle-t-il.

En outre, Josué Mufula attire l’attention des concernés en leur signifiant que la Constitution de la République Démocratique du Congo, en son article 34, garantit le droit de propriété et que dans le cas d’espèce des centaines de milliers des congolais sont privés, si pas escroqués, jusqu’à ce jour de leurs avoirs injustement.

Ce qui fait qu’il adresse aux précités la question en triple volets :

  1. Monsieur le Gouverneur, quel est l’état d’avancement à ce jour du Plan de Redressement de la COOPEC-IMARA décidé par la Banque Centrale du Congo de commun accord avec le Gouvernement de la République Démocratique du Congo ?
  2. Quelle explication pouvez-vous donner face au retard pris dans le règlement d’une situation aussi inquiétante qui perdure au sein de cette institution financière ?
  3. Enfin, quelle assurance pouvez-vous donner à l’ensemble des épargnants victimes de cette crise ? A quand donc le début du remboursement de leurs dépôts ?
    1. CONCERNANT BIAC :
  4. Quelle est la motivation de votre décision de liquider la Biac après quatre ans de gestion?
  5. Une grande banque comme celle là, n’y avait il pas de possibilité d’ouvrir les capitaux aux autres sociétés locales ou internationale?
  6. Sur la base de la situation réelle de la banque, quelles sont les implications sur les épargnes des clients et des salariés de la banque au delà des aspects légaux que nous connaissons tous? Quel est le chronogramme pour qu’ils rentrent dans leurs droits ?

En rappel, plusieurs populations de la communauté congolaise et particulièrement dans les provinces de l’Est, leurs économies ont été touchées à cause de la faillite de la coopérative IMARA. Il y a peu, le responsable de la dite coopérative était incarcéré à la prison centrale Munzenze à Goma, et qui, par la suite a été libéré par la justice. Situation qui ne cesse d’inquiéter les milliers de personnes qui ont été victimes de son  »escroquerie », qui jusqu’aujourd’hui ne sont pas dans leurs droits.

Prince Bagheni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »