CitizensMag

Informer – Intersser – Impacter

Beni : 4 personnes tuées par les militaires FARDC à Chanichani à l’espace d’une semaine (CRDH)

1 min read

Une Psychose règne depuis plus d’une semaine dans le chef des habitants du village Samboko-Chanichani situé à une vingtaine de kilomètres à l’Ouest d’Oïcha dans le territoire de Beni au Nord-Kivu.


À la base, les meurtres répétitifs, extorsion des biens, des paniques généralisées suite au crépitement des balles.

L’auteur de ce crime serait un militaire incontrôlé de FARDC qui aurait des troubles psychiques et qui a disparu des rangs de l’armée régulière depuis environ une semaine selon l’ONGDH Convention pour le respect des droits humains ‘CRDH’ dans la zone contactée par citizensmag.glomeec.com

‹‹Une femme et son fils ont été pour rappel tués la journée du Jeudi 21 Janvier 2021 dernier par ce même incivique vers le village KAPOKA à une centaine de mètres de Chanichani. C’était après avoir fusillé monsieur Antoine dans le village Mambopi la soirée du lundi 18 Janvier 2021 et tenter tuer un personnel soignant et un acheteur de cacao la semaine dernière à Kapoka››, selon cette structure citoyenne.

Patrick Mukohe le secrétaire permanent de la CRDH demande l’implication des outils de sécurité pour la traque de cet élément devenu danger pour la communauté :

‹‹Nous venons d’enregistrer au total quatre morts à l’espace d’une semaine dont trois civils et un militaire tous tués par cet élément incontrôlés. Des temps à autres ce même incivique est en train de plonger les habitants dans une panique en crépitant des balles. Si, ses compagnons d’arme et autres services de sécurité ne vont pas faire le vite possible pour le maîtriser, alors toute la population sera en danger›› a-t-il poursuivi.

Ces Informations sont confirmées par Bin Mukoto chef notable du village Samboko-Chanichani qui parle d’une peur qui gagne ses administrés. Les militaires FARDC sur place sont en train de tenter de mettre la main sur ce soldat incontrôlé mais sans succès, indique ensuite ce chef Notable.

Victoire Bradeau Nganga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »